EdTech : utiliser Minecraft en classe, oui mais comment ?

Faire émerger de nouvelles pratiques pédagogiques : c’est l’objectif du serious game Minecraft, dont la version éducative, co-développée avec plus de 50 000 professeurs et élèves à travers le monde, est désormais disponible. Mais à quoi sert Minecraft ? Que peut-on y faire ? Comment ? Existe-t-il des pré-requis ? Tour d’horizon à l’occasion du salon de l’éducation Educatec – Educatice.

Minecraft : comment se lancer ? C’est la question à laquelle ont répondu David Plumel, un enseignant en technologie utilisant Minecraft au collège, ainsi qu’Imad Bejani, Directeur éducation et recherche chez Microsoft France, à l’occasion d’une table ronde organisée au salon de l’éducation Educatec – Educatice.

« Pour débuter, le tout est de trouver l’idée. » Pour David Plumel, il n’est pas indispensable d’être un expert pour se lancer dans Minecraft, le célèbre jeu de construction. Loin de là même :

« Minecraft : Education Edition est tout simplement un outil de plus dans la boîte à outils des professeurs. C’est un énorme bac à sable de milliards de cubes dont on peut en faire ce qu’on veut », s’amuse cet enseignant en technologie auprès de 350 élèves dans une quinzaine de classes.

Son credo ? Imaginer des projets avec d’autres professeurs de collège car, selon lui, « 90% des élèves de 8 à 16 ans connaissent déjà le jeu. Ils n’ont pas l’impression de travailler en réalisant les exercices. » Ou comment allier l’utile à l’agréable…

Comment se lancer ?

« Pour ceux qui veulent apprendre à se servir de Minecraft il y a énormément de tutoriels et de ressources en ligne », précise Imad Bejani. De son côté, David Plumel rassure :

« On peut apprendre très vite. Et il n’y a pas besoin que tous les professeurs sachent utiliser le serious game. Au début de l’année scolaire, je fais généralement une démonstration aux enseignants avec qui je travaille sur ce qu’il est possible, concrètement, de faire avec Minecraft. A partir de là, ils construisent leurs univers et leurs cours. »

Pour la partie équipement, un poste pour deux ou quatre jeunes peut suffire : « deux élèves peuvent travailler sur papier pendant que les deux autres sont sur ordinateur. Puis on alterne », détaille-t-il. Car au démarrage d’un projet, les élèves peuvent préparer leurs plans de construction à la main. Avec l’accompagnement d’un professeur de mathématiques, cette première étape permet de travailler les proportionnalités, en particulier en fixant la règle « un cube est égal à 0,8 mètre ».

Le château médiéval de Guédelon version Minecraft Capture d’écran vidéo YouTube

De la reproduction d’un collège à celle d’un bâtiment historique

En pratique, « faire la liaison entre réel et virtuel » est le point de départ de nombreuses idées à développer en classe. Avec des élèves de 5e, David Plumel a ainsi réalisé une reproduction Minecraft de leur collège : « Ils y sont tous les jours et y circulent beaucoup. Ils le connaissent mieux que les professeurs. On a récupéré les vrais plans des architectes et on a ensuite modélisé l’ensemble du collège. C’est un projet titanesque : c’est plus d’un million de cubes déplacés par les élèves ! », souligne le professeur en présentant des photos de l’établissement version réelle et virtuelle.

Les élèves ont reproduit leur collège dans Minecraft. Capture d’écran vidéo YouTube

De vrais sites historiques sont également reproduits par l’enseignant : « Près de notre établissement se trouve le château médiéval de Guédelon. Il est en cours de reconstruction, à la main, par le biais de techniques médiévales. Il devrait être entièrement rénové d’ici 2025. Mes élèves n’ont pas été aussi patients, sourit David Plumel. Ils l’ont entièrement modélisé et bâti à partir des plans d’ensemble de l’édifice. » Et pour que les mesures soient les plus réalistes possibles, David Plumel et le professeur d’EPS ont même choisi d’organiser, dans le cadre d’un autre projet, une sortie en vélo pour prendre les mesures directement à la source.

Langue, histoire, science : construire, mais pas seulement 

Au-delà des notions de géométrie ou d’architecture qui sont utilisées pour réaliser des reproductions virtuelles les plus justes possibles, Minecraft Education peut également être l’occasion de s’arrêter sur des points plus spécifiques : dans le cadre du château de Guédelon, les différents matériaux utilisés à l’époque médiévale ont par exemple été étudiés en liaison avec le professeur d’histoire-géographie.

« On peut quasiment raccrocher des projets Minecraft à tout le programme, s’enthousiasme David Plumel. Cette année, on a même décidé de détourner la fonction première de Minecraft pour en faire un jeu d’aventure avec les collégiens de 3e. Nous avons choisi un sujet en lien avec les cours de SVT : « le développement durable ». La question que les élèves traitent avec leur professeur de SVT, Valérie Deit, est : « Comment sera la Terre en 2267 ? » Les élèves travaillent ensuite avec leur professeur de Français, Sandra Bruneau, pour réaliser le scénario. De mon côté, pendant les cours de technologie nous allons réfléchir aux matériaux de construction, à la pollution et aux énergies », explique-t-il.

Une collaboration existe également avec les différents enseignements de langues étrangères : « Pour faire une demande de construction de bâtiment, par exemple, les élèves vont utiliser l’anglais, raconte David Plumel. Ils vont étudier ce sujet en cours avec leur professeur de langue tout en accomplissant un double travail de compréhension et de traduction. »

EdTech : Minecraft est désormais disponible en version pédagogique

à lire aussi EdTech : Minecraft est désormais disponible en version pédagogique

De la création à l’impression 3D

Pour Imad Bejani, Directeur Education et Recherche de Microsoft, « Le niveau des réalisations de David avec ses élèves est un exemple d’excellence de ce qu’il se fait en France avec Minecraft ». Mais le professeur ne s’arrête pas là et met également à profit la technologie de l’impression 3D :

« Les travaux réalisés sur Minecraft peuvent être exportés et imprimés directement en 3D, raconte-t-il en montrant la photo d’une élève, tout sourire, mini tour Eiffel version Minecraft imprimée au creux de sa main. Certains collèges sont aujourd’hui équipés d’imprimantes 3D. Les jeunes peuvent alors réaliser des maquettes manipulables directement. »

« A la fin de l’année, on obtient un projet fini et présentable. Pour les enfants, cela n’a pas de prix. J’en fais d’ailleurs des vidéos de présentation qu’ils sont fiers de montrer à leurs parents », conclut l’enseignant dynamique.

Sources : https://rslnmag.fr/jeunesse/edtech-comment-utiliser-minecraft-en-classe-education/

Print Friendly

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


wp-puzzle.com logo