Découverte de Yadoms, une solution domotique open source

Les solutions domotiques sont nombreuses, avec une bonne proportion entre des systèmes propriétaires et des systèmes open source et gratuits, qui permettent à tout un chacun de créer sa domotique sur mesure, et aux plus chevronnés de contribuer au code de la solution elle-même. Nous parlons ici par exemple régulièrement de Domoticz ou de Jeedom, qui sont des exemples de solutions gratuites et open source.

Yadoms : présentation du site

Yadoms est l’un de ces systèmes open source qui a attiré notre attention. Une alternative pour ceux qui veulent faire eux-même leur solution domotique sur-mesure. Et comme il est bon d’être bien informé pour faire son choix, nous allons vous présenter en détails comment utiliser Yadoms et ce que la solution est capable de faire.

La solution Yadoms a particulièrement attiré notre attention pour les points suivants :

  • Une solution « Made in France », comme le rappelle d’ailleurs le panorama de Paris directement montré sur le site ;
  • Gratuit, open source et multiplateforme (disponible aussi bien sous Windows, Linux, MacOs, que sur Raspberry Pi, pour ne citer que ceux-là) ;
  • Déjà compatible avec plusieurs protocoles domotiques ;
  • La compatibilité RFPlayer est en cours d’intégration et sera disponible sous peu ;
  • Et le petit plus, nous avons eu l’occasion d’échanger avec l’équipe et ils sont fort sympathiques ! 😉

Pour la petite histoire, Yadoms est un acronyme signifiant Yet Another DOMotic System, littéralement « Encore un autre système domotique », prenant exemple sur d’autres acronymes informatique dont le « Ya » signifie « Yet another » (Yabasic, Yacas, ou encore Yahoo!).

Téléchargement et installation de Yadoms (Windows)

Pour télécharger Yadoms, rendez-vous sur la page téléchargement du site officiel de Yadoms. Là, vous trouverez différentes plate-formes proposées pour l’installation de ce système. La liste n’est pas limitative, comme l’indique la page de téléchargement, les utilisateurs les plus chevronnés peuvent eux-même déployer Yadoms sur leur propre système, dès l’instant où il dispose d’un compileur C++.

Yadoms - page de téléchargement

Pour cette découverte, nous allons utiliser la version Windows. À noter qu’elle existe en deux versions : l’installeur, qui s’exécute directement sur le PC, et la version portable, que vous pouvez installer sur une clé USB, et il suffit ensuite de brancher la clé USB sur un ordinateur Windows pour que Yadoms fonctionne. Nous optons pour l’installeur.

Il est nécessaire d’installer un interpréteur Python pour que le système de scénarisation de Yadoms puisse fonctionner. L’installation est gratuite est facile, vous trouverez la version 2.7 sur le site de Python.

S’en suit donc une procédure d’installation classique, où Yadoms demande le type d’installation, le répertoire, la création d’un raccourci dans l’écran de démarrage, etc.

Yadoms : installation Windows

Et l’écran où nous sélectionnons les composants optionnels nous donne déjà une bonne idée de la bonne quantité de systèmes avec lesquels Yadoms est compatible !

Yadoms - options d'installation

Outre proposer de nombreux plugins (que vous pourrez décocher au choix s’ils vous semblent inutiles pour votre utilisation), Yadoms propose aussi l’installation d’un interpréteur Python. Celui-ci permet en fait aux utilisateurs connaissant (ou voulant apprendre) le langage Python de directement écrire leurs règles dans ce langage pour qu’elles soient directement interprétées. Mais nous y reviendrons.

Yadoms est installé et prêt à être utilisé ! Selon les options cochées lors de l’installation, il peut être dans l’écran de démarrage, sur le bureau, etc.

Yadoms peut être démarré en tant que fichier exécutable ou comme service Windows. Pour plus de détails, reportez-vous au wiki officiel de Yadoms.

Après avoir démarré Yadoms, nous allons sur notre navigateur favori et tapons l’adresse http://127.0.0.1:8080 (l’adresse de l’ordinateur lui-même (adresse du « localhost ») suivi d’un numéro de port, 8080 par défaut, configurable dans les options de Yadoms). Et là, l’écran d’accueil de Yadoms s’affiche. Il peut vous sembler un peu vide, mais pas de panique, c’est tout à fait normal pour une installation neuve de Yadoms !

Yadoms : écran d'accueil lors du premier lancement

Partons donc à la découverte du systèmeet de son fonctionnement !

Utilisation de Yadoms : ajout d’équipements et d’éléments d’interface

Un clic sur l’icône d’engrenage donne l’accès au tableau de bord, c’est de là que la solution est entièrement configurable :

Yadoms : résumé sur le Dashboard

Un clic sur l’icône de clé à molette donne accès à la fonction « personnaliser ». Celle-ci permet d’ajouter différentes sections, de les renommer, les effacer, etc.

Yadoms : fonction personnaliser

Nous le verrons plus loin, cette fonction « personnaliser » permet aussi l’ajout et l’éditions de différents Widgets, qui sont en fait les différentes visualisations possibles sur l’interface de Yadoms.

À noter que la petite icône bleue que vous voyez en bas de l’interface permet d’afficher un QR Code qui donne un accès facile à Yadoms de n’importe où.

Gestion des plugins de communication domotique dans Yadoms

Voyons comment nous pouvons ajouter des périphériques domotiques sur Yadoms et les contrôler à distance.

Il nous faut aller sur le tableau de bord de Yadoms, et installer le Plugin correspondant à la passerelle de communication que nous souhaitons utiliser.

Yadoms : ajout de plugins

Pour notre exemple, nous allons ajouter le Plugin Z-Wave. Il nous suffit alors d’indiquer sur quel port série l’appareil est branché. Pour l’utilisation de plusieurs passerelles de connexion simultanément, le mieux est de les brancher au fur et à mesure qu’on ajoute les plugin, ainsi par déduction, nous choisissons toujours le port COM qui vient de s’ajouter à la liste déroulante.

Pour l’ajout d’un autre type de périphérique, par exemple le RFXCom, le système nous demande de faire une configuration initiale en cochant les protocoles en écoute.

Yadoms : ajout du RFXCom

Après avoir ajouté les plugins, ils apparaissent sous forme de liste, permettant de les reconfigurer, de faire les opérations particulières, etc.

Listing des plugins dans Yadoms : RFXCom, Z-Wave

Par exemple, pour faire les opérations d’inclusion et d’exclusion Z-Wave (et toutes les autres opérations liées au Z-Wave), il suffit de cliquer sur le bouton vert. Le bouton Bleu permet de reconfigurer le plug-in (port COM, ou pour le RFXCom, protocoles en réception).

Ajout de périphériques domotiques 433 MHz dans Yadoms

Après avoir ajouté les différents plugins, l’ajout des différents équipements domotiques est elle aussi très simple !

Pour les appareils de type émetteurs compatibles avec le RFXTrx433, nous cliquons sur Équipement. Les différents appareils dont le protocole est en écoute apparaissent automatiquement. Par exemple, les sondes Oregon Scientific, ou encore les émetteurs radio (AC correspond au protocole Chacon/D-IO, Orno Smart Living, Intertechno, CoCo…). Par exemple, notre petite télécommande 2 canaux Orno Smart Living ainsi que notre sonde de température et humidité THGR122NX Oregon Scientific apparaissent dans l’interface : la télécommande après une simple pression sur ON-1, et la sonde Oregon Scientific, dès qu’une trame d’information est émise.

En déroulant un de ces émetteurs, nous avons directement une vue sur toutes les valeurs qu’il reçoit, y compris l’état de la batterie pour les systèmes qui transmettent cette information, et la force du signal radio (RSSI pour Received Signal Strength Indication, soit : indication de la force du signal reçu) :

Yadoms : vue d'un émetteur Oregon

Nous pouvons renommer chaque équipement pour le reconnaître plus facilement. Les données elles-mêmes peuvent être également renommées, bien que leur nom par défaut fait amplement l’affaire.

Pour les récepteurs compatibles avec le RFXTrx433, nous devons cliquer sur « Créer un équipement« , et spécifier le plug-in attaché. Par exemple, si nous ajoutons un récepteur utilisant le protocole AC 433 MHz (ici, la prise variateur Orno Smart Living, mais cela fonctionne pour tout récepteur utilisant ce protocole, prises ou modules actionneurs des gammes Smart Living, Chacon/DI-O, Intertechno, CoCo, etc.).

Choisissons un nom et un numéro de modèle, un type d’équipement (AC), et Yadoms nous propose de saisir des éléments propre au récepteur. Pour certains, ça sera un indicateur fixe paramétré sur le module (X10 ou Domia par exemple, fonctionnent par un système de code lettre + chiffre à régler sur chaque récepteur), mais pour ce type de module fonctionnant par association, nous pouvons choisir un ID de manière arbitraire.

Ajout d'un récepteur AC 433 MHz dans Yadoms

Nous devons procéder à l’association, c’est à dire mettre l’appareil en mode association et envoyer le code depuis yadoms pour qu’il le reconnaisse et se déclenche quand ce code est émis.

Nous avons deux possibilités pour faire cela

  • Envoyer une valeur ON (100) directement via la fenêtre équipement.et
  • Créer un widget pour notre équipement sur l’interface de Yadoms et envoyer le « On » depuis ce widget.

Nous allons utiliser la première méthode qui est plus directe. Dans la liste des équipements, nous déroulons la Prise Variateur Orno :

Yadoms : prise variateur type AC dans les équipements

L’icône importante est l’icône d’action verte en face de « state », à côté de l’icône du Crayon. En cliquant dessus, nous pouvons directement envoyer une valeur brute.

100 correspond à « ON » et 0 correspond à « OFF », et comme il s’agit d’un variateur, chaque valeur intermédiaire allume la prise sur un différent niveau d’intensité lumineuse.

Avant d’envoyer notre valeur de 100, nous devons mettre le récepteur en mode association. Cela se fait généralement par un appui prolongé sur la touche « Learn » ou « Prog » (la méthode d’association peut différer d’un variateur à l’autre, en cas de doute consultez la notice du matériel). Pour le variateur Orno, nous maintenons le bouton « ON/OFF Learning Code » en façade de la prise jusqu’à ce que la LED verte « indicator » clignote.

Association de la prise gigogne Orno Smart Living

La prise étant en mode association, il ne nous reste plus qu’à envoyer une valeur 100 via Yadoms :

Yadoms : envoi d'une valeur brute de 100 pour une association

En cliquant sur « OK », le code est envoyé et la prise fait clignoter sa charge 2 fois pour confirmer la bonne association. Dorénavant, tous les valeurs de variation et on/off sélectionnées sur cet équipement dans Yadoms sont envoyées à la prise, qui allume la lumière branchée en suivant cette valeur de variation.

Ajout de périphériques domotiques Z-Wave dans Yadoms

Pour l’ajout d’un périphérique Z-Wave, comme indiqué plus haut, nous devons retourner dans les plugins, sur la ligne Z-Wave de la liste des plugins créés. En cliquant sur le bouton vert avec une icône de menu, nous accédons aux opérations d’inclusion, exclusion, etc.

Fonction d'inclusion Z-Wave

Après avoir lancé l’inclusion et mis notre périphérique en mode d’inclusion, celui-ci apparaît dans la liste des équipements, avec les différents canaux (« Prise on-off Z-Wave » n’est pas le nom affiché par défaut, nous l’avons personnalisé) :

Exemple de périphérique Z-Wave inclus

Le retour d’état du périphérique est directement récupéré par Yadoms, donc non seulement nous avons le retour d’état de la prise on-off (SwitchBinary.Switch.1), mais également les mesures de consommation (Meter.Energy.1) et de puissance (Meter.Power.1) que la prise nous envoie. Et comme c’était le cas pour l’actionneur AC 433 MHz évoqué plus haut, l’icône verte de la colonne « Action » nous permet d’envoyer directement une commande à la prise, ce qui peut par exemple s’avérer pratique pour la tester.

Création des widgets sur l’interface de Yadoms

Créer l’équipement n’est que la première étape. Pour pouvoir actionner un équipement ou voir ses valeurs s’afficher dans Yadoms, il est également nécessaire de créer sa visualisation dans l’interface, sous forme d’un Widget. Pour cela, nous mettons Yadoms en mode « Personnalisation » (l’icône de clé à molette) et nous cliquons sur le bouton « Ajouter un nouveau widget« .

Yadoms : fonction personnaliser

Yadoms propose tout une série de Widget qui sont autant de visualisation possibles d’un périphérique.

Yadoms : choix d'un widget

Par exemple, nous pourrons choisir de mettre un thermomètre sous forme d’afficheur numérique simple, de l’image de thermomètre avec la valeur à côté, ou même sous forme de graphique (courbes) avec plusieurs valeurs de température comparées. Les télécommandes et divers états peuvent être affichés sous forme de voyants, les interrupteurs sous forme d’une ampoule ou d’un bouton on/off (cliquable pour changer l’état), etc. Pour les appareils disposant de retour d’état, le Widget sert à la fois à actionner et à envoyer le retour d’état.

Enfin, il existe des widgets plus informatifs qui peuvent s’ajouter à l’interface, comme une horloge, les phases de la lune, des prévisions météorologiques…

Voici un exemple d’interface que nous pouvons obtenir : un retour d’état sur un bouton de télécommande, une sonde de température individuelle, un historique de températures de trois sondes situées dans trois salles différentes, et un module pour allumer et éteindre une lumière et obtenir son retour d’état.

Yadoms : exemple avec 4 widgets

Pour ajouter un widget, il nous suffit de sélectionner le type de widget parmi les choix évoqués précédemment, puis de le configurer.

Notez qu’un titre de widget nous est demandé. Là où le nom de l’équipement est plutôt un descriptif technique de l’appareil, le titre est conçu pour permettre à l’utilisateur de repérer ce qui est contrôlé par l’équipement domotique. Par exemple, là où le nom d’un équipement peut être « Prise variateur Orno », le titre du widget correspondant pourrait être « Lumière salon », car au final, c’est ce qui sera concrètement piloté lorsqu’on cliquera sur interface.

Il nous faut aussi sélectionner le périphérique lié au widget parmi les équipements disponibles et choisir quelle variable de ce périphérique est liée au widget. « state » (état) sera très souvent utilisé pour tout ce qui est émetteur ou récepteur, mais nous pouvons aussi afficher la valeur numérique du rssi (comme nous l’avons vu plus haut), choisir d’afficher la consommation mesurée par un appareil avec consomètre intégré, etc.

Pour le voyant d’une télécommande, nous pouvons choisir l’icône qui la représente ainsi que les couleurs.

Yadoms : ajout d'un widget voyant

De la même manière, pour le contrôle d’une prise variateur (comme celle vue plus haut), nous sélectionnons tout simplement le bon équipement, la variable « state », et nous configurons également le pas. Par exemple, pour un variateur qui va de 0 à 100%, un pas de 10 nous permet d’avoir des étapes qui augmentent ou diminuent de 10%, donc 0%, 10%, 20%, 30%, etc.

Dans le cas de figure ou nous aurions un thermostat, le pas choisi pourra être plus précis, par exemple 0,5 pour modifier la température d’un demi-degré.

Yadoms : ajout d'un widget variateur

Un variateur se présente de cette manière, avec  le + et le – qui permettent d’augmenter ou de diminuer la valeur selon le pas sélectionné. Le symbole pourcentage est automatiquement déterminé par Yadoms en fonction du type d’appareil qui est lié au widget !

Widget de variateur sur l'interface de Yadoms

Pour la prise Z-Wave on/off vue plus haut, nous ajoutons un widget on/off qui contrôle notre éclairage. Nous avons le choix entre quatre types de widgets, qui comme vous le voyez, peuvent s’adapter à la plupart des situations. Interrupteur vertical pour les volets roulants, poussoir pour les portes de garage contrôlées par contact sec (notez que vous pouvez sélectionner l’icône du poussoir parmi une banque de 200 icônes), et des interrupteurs on/off plus généraux.

Yadoms : ajout d'un widget interrupteur on/off

Dernier exemple de widget, celui qui permet d’ajouter un graphique avec des courbes de valeurs, comme celui vu plus haut. Ce widget est amplement configurable, chaque valeur traduite en courbe peut être ajoutée l’une après l’autre. Des valeurs de type différent peuvent cohabiter sur un même graphique, par exemple température et humidité.

Widget d'historique humidité

 

Utilisation de Yadoms : systèmes de scénarisation

Pour créer des scénarisations spécifiques dans Yadoms, rendez-vous dans la section « centre d’automatisation » du tableau de bord Yadoms. C’est là que les règles créées apparaissent et que nous pouvons en créer de nouvelles.

Yadoms : centre d'automatisation

En cliquant sur « Création d’une règle », nous avons le choix entre deux méthodes pour créer notre règle d’automatisation : en code ou avec le système Blockly. Le code est réservé aux utilisateurs chevronnés, pour cet article nous ne décrirons en détail que Blockly.

Yadoms : Code ou Blockly

Créer des scénarios avec Blockly

Blockly est un système intuitif de création de scénarisation, où vous imbriquez plusieurs éléments ensembles comme les pièces d’un puzzle pour indiquer au système ce que vous souhaitez faire. Les blocs sont écrit en langage naturel, c’est donc un système assez simple à prendre en main pour tout le monde.

Exemple de vue de Blockly

Blockly est généralement personnalisé en fonction du système où il est utilisé. Ici, il est particulièrement pratique à utiliser car il y a plusieurs éléments qui sont configurés, il vous suffit d’ajouter ce que vous souhaitez pour faire apparaître des blocs pré-configurés où il ne vous reste plus qu’à saisir des informations complémentaires.Exemple d'action Blockly de Yadoms

Par exemple, si vous voulez lancer un scénario lorsqu’un équipement émet une donnée spécifique, il vous suffit de faire glisser le bloc correspondant, puis de sélectionner l’équipement et la variable à surveiller. Quelques exemples :

Lien télécommande AC 433 MHz et prise AC 433 MHz

Le scénario suivant s’exécute dès que la télécommande Orno émet un changement d’état (donc à chaque fois que quelqu’un appuie sur l’un des boutons), récupère son état (qui est 0 pour le bouton OFF ou 100 pour le bouton ON), et envoie l’ordre à la prise.

Yadoms : exemple 1 de règle blockly

Lien télécommande AC 433 Mhz et prise Z-Wave

Un peu plus intéressant, le scénario suivant s’exécute aussi à chaque appui sur les boutons de la télécommande, mais pour contrôler cette fois la prise on/off Z-Wave. Cependant, la prise on/off Z-Wave n’attend pas de valeurs de variation, il faut lui envoyer des valeurs « vrai » ou « faux ».

Qu’à cela ne tienne, nous ajoutons simplement un test logique « Est-ce que la télécommande Orno a un état égal à 100 ? »

Si on a appuyé sur ON, l’état est égal à 100, donc le résultat de ce test est « vrai », ce qui envoie un ordre d’allumage pour la prise.

Si on a appuyé sur OFF, l’état est égal à 0, donc le résultat de ce test est « faux », ce qui envoie un ordre d’extinction pour la prise.

Ce qui, ajouté à notre scénario, donne le résultat suivant :

Événement sur une donnée précise

Sur les deux exemples ci-dessus, l’événement reçu est juste « La télécommande émet une donnée », mais sans faire de distinction selon le type de donnée reçue. Ce qui est cohérent pour nos deux scénarios puisqu’on exploite directement la donnée reçue, mais pour d’autres scénarios, vous pourriez avoir besoin de lancer une action uniquement lorsqu’une valeur précise est reçue.

Cela est possible en cochant la case « sur une condition » dans le bloc « lorsqu’un équipement émet une donnée » (après l’avoir fait glisser dans le bloc « Attendre un évènement ») :

Yadoms : règle sur une condition

Cela transforme la condition de manière à comparer la valeur de l’équipement à une valeur de votre choix (supérieur, inférieur, égal, différent…). Par exemple, ce type de bloc vous permet de faire en sorte que le chauffage se coupe quand la température mesurée est supérieure à 20 °C. En complétant ce type de règle, nous pouvons créer un système de thermostat.

Yadoms : exemple de règle avec condition

 

Scénario utilisant un autre type de déclencheur

Il y a de nombreuses possibilités pour les déclenchement d’événements,

Yadoms et Blockly : exemple d'événement, allumage automatique de la lumière

Création de scénarios en code Python

Ceux qui préfèrent et/ou savent manier du code peuvent directement coder leur scénario en langage Python. Tous les scénarios Blockly sont eux-même enregistrés sous forme de code Python.
Voici un scénario fourni par défaut dans Yadoms pour gérer un thermostat.

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
# Notre thermostat fonctionne en permanence
while(True):
   # Nous attendons une nouvelle valeur sur "temperature.waitForNextAcquisition" qui retourne une chaîne, que nous convertissons en float (nombre à virgule flottante)
   newTemperature = float(yApi.waitForNextAcquisition(temperatureKw))
      
   # Enregistrons cette nouvelle température dans le journal
   print "Nouvelle température : ", newTemperature
   
   # Nous décidons de chauffer ou d'arrêter le chauffage
   if newTemperature >= setPoint:
      print "Chaleur suffisante ! ! ! ARRÊT DU CHAUFFAGE ! ! !"
      # Arrêt du chauffage. Attention, la valeur doit être indiquée en tant que chaîne
      yApi.writeKeyword(heatingKw, '0')
   else:
      print "Brrr... DÉMARRAGE DU CHAUFFAGE"
      # Démarrage du chauffage. Attention, la valeur doit être indiquée en tant que chaîne
      yApi.writeKeyword(heatingKw, '1')
   # Prochaine itération

Comme vous le constatez, cela demande un peu plus de maîtrise, ce n’est pas les blocs intuitifs que nous avons avec Blockly. Néanmoins, cette possibilité existe et Yadoms intègre un éditeur de code avec coloration syntaxique et qui présente quelques exemples. Nous n’aborderons pas plus la création de script en ce langage dans cet article.

Informations sur la version utilisée : Release Candidate pour la version 2.0.0

Pour vous donner une idée des nombreuses capacités de la solution, le listing des nouvelles fonctionnalités ajoutées lors des mises à jour est un bon point de départ.

Nous utilisons dans cet article la version 2.0.0 RC1, publiée le 23 mars 2017, et qui a ajouté les fonctions suivantes :

  • la possibilité de configuration des devices lorsque cela est nécessaire (EnOcean, Z-Wave, …)
  • la configuration de la longitude et de la latitude de Yadoms (calcul de l’heure du lever et du coucher du soleil, localisation des données météo, …)
  • possibilité de configurer l’accès à l’interface web de Yadoms en HTTPS
  • le support de la base de donnée PostGreSQL
  • support du matériel IPX800
  • support du matériel Piface2
  • support de l’EnOcean
  • Et de nombreuses corrections et d’améliorations (widget graph, prévisions, plugin weatherUnderground, …) depuis la version 1.0.0 beta, sortie en septembre 2016.

Au court de l’élaboration de cet article, la version 2.0.0 RC2 a été publiée (le 12 avril 2017) avec les ajouts et correctifs suivants :

  • Yadoms :
    • Correction d’attente des plugins.
    • Changement de la liste de création manuelle d’équipement en combobox.
    • [Windows] : les fichiers exécutables de plugins ont un icône.
  • Plugins :
    • EnOcean : Correction de profils inconnus.
    • RFXCom : Correction de la désynchronisation du numéro de séquence.
    • RFXCom : Correction de la création manuelle d’équipements Lighting2.
  • Widgets :
    • Graphique: Les titres des axes sont modifiables.
  • Corrections et améliorations diverses.

Yadoms nous a communiqué que le matériel RFPlayer n’était pas encore intégré dans cette version RC2, mais que son intégration était déjà très avancée et devrait être disponible dans le mois, ainsi que d’autres fonctionnalités et corrections pour la solution. Nous allons donc suivre cela de près !

Conclusion

Cette première prise en mains de Yadoms s’avère plutôt concluante. Les faits sont là : nous l’installons, nous le configurons, et tout fonctionne directement, sans devoir faire de manipulations fastidieuses, ni chercher de la documentation en ligne. Il n’a pas cet aspect « usine à gaz » que présentent certaines solutions domotiques open source et qui peut rebuter certains utilisateurs.

Le gros avantage de Yadoms est effectivement sa clarté : c’est une solution pensée pour être intuitive, où l’utilisateur débutant comme chevronné trouvera vite ce dont il a besoin dans l’interface. Et la solution permet de faire en rendu un tableau de bord très simple à manier même pour ceux qui seront simples utilisateurs du système sans aller modifier la configuration. Nous apprécions aussi le fait que les données recueillies pour les différents appareils soient très exhaustives et puissent être directement ajoutées en tant que widget ou exploitées dans des scénarios.

La solution en est encore à une version « Release Candidate » de sa version 2.0.0, mais il y a déjà toutes les bases nécessaires pour faire un déploiement opérationnel. C’est aussi une solution qui est amenée à se bonifier avec le temps, avec diverses améliorations, car l’équipe qui s’occupe du projet est très ouverte au retour. Le projet GitHub assez actif en est un exemple, et nos divers échanges avec notre contact dans l’équipe de développement nous en ont également convaincu.

Bref, Yadoms fait partie des solutions domotique open source à suivre, car elle présente beaucoup de qualités !

Sources : http://www.planete-domotique.com/
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo

%d blogueurs aiment cette page :